L'église Saint-Pierre

Eglise Saint-Pierre de Brancion
Eglise Saint-Pierre (photo Lionel Horny)

Un édifice qui renoue avec le "premier art roman"

La première église de Brancion, placée sous le vocable de Saint-Pierre est mentionnée dans une charte de l’abbaye de Cluny en 964. L’actuelle église est citée dans une bulle du pape Alexandre III de 1180 qui confirme que Brancion dépend du chapitre de Saint-Vincent de Chalon ("ecclesima de Branciduno").

Des fouilles archéologiques réalisées en 2003 ont révélé l'existence d'un cimetière et d'un réseau de murs de l'époque mérovingienne sous l'actuel parvis. Il est donc probable qu'un lieu a existé à Brancion dès le VIIème siècle.

Construite sur un plan basilical en croix latine, elle comprend :

  • une nef à cinq travées voûtées en pour partie en berceau et pour partie en berceau brisé
  • un transept
  • deux bas-côtés
  • une abside flanquée de deux absidioles
  • un clocher carré qui repose sur une coupole à trompe à la croisée du transept

Plusieurs éléments laissent penser que cette église a connu plusieurs phases de construction qui témoignent de l'évolution de la technique architecturale :

  • les travées des bas-côtés sud et nord ne sont pas voûtées de la même manière
  • les systèmes supportant les cintres destinés à construire la voûte sont également différents selon les travées

La toiture est aujourd'hui couverte de laves mais elle était à l'origine couverte de tuiles (tegulae), comme en témoignent les nombreux fragments retrouvés dans les niveaux liés à la construction et à l'utilisation de l'église paroissiale romane lors des fouilles de 2006.

Les éléments décoratifs sculptés sont rares : le pignon Ouest est surmonté d’une croix en pierre et le seul élément décoratif extérieur est une corniche qui court le long de l'abside.

 
L’église ne renferme aucun chapiteau, mais seulement deux tailloirs ouvragés et deux pierres sculptées dans l’absidiole Sud.

Sainte Anne et la Vierge
Sainte Anne et la Vierge (photo Lisa Vitali)

Une statuaire parfois étonnante

L’église accueille trois statues de bois : saint Pierre, saint Paul et sainte Anne accompagnée de la Vierge.

Dans la 5ème travée Nord, se trouve le gisant de Josserand de Brancion. Il a été abîmé par les siècles, mais l’on peut penser que ses pieds reposent sur un lionceau ou un lévrier et que sa tête est entourée de deux anges agenouillés.

Plus étonnantes sont deux autres sculptures qui ne se trouvent plus aujourd’hui à Brancion mais qui sont mentionnées par Charles Dard et Gabriel Jeanton dans le bulletin de la SAAST de 1941 (visualisez l'article sur Gallica).

La première représente la Trinité : Dieu le Père est debout, tenant dans ses bras le Fils représenté sur une croix surmontée par le Saint Esprit symbolisé par une colombe. Cette sculpture, peut-être du XVI° siècle, dont la trace a aujourd’hui été perdue, avait été acquise par un particulier.

La deuxième représente un Christ Sauveur du monde, mis en dépôt par la commune de Martailly au Musée Greuze de Tournus.

A noter enfin la présence (peut-être légendaire) d’une dernière sculpture représentant un homme corrigeant sa femme à la manière des petits enfants…